Réfléchir - Informer - Eclairer

« L ‘AVIS D’ALLEX » s’engage à agir dans la transparence et la libre expression de chacun de ses membres.

Trois axes:
- SOLIDARITE INTERGENERATIONNELLE
- DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DURABLE
- CULTURE ET LOISIRS POUR TOUS A TOUT AGE

"TOUS CONCERNES, TOUS ACTEURS" !
Ici l'entrée est libre, ni groupe ni parti, chacun est le bienvenu s'il se retrouve dans nos valeurs de liberté et de fraternité.
Nous sommes des habitants d'Allex décidés à nous investir pour l'avenir de notre village, pour un avenir qui n'exclut personne.
Nous avons depuis les dernières élections municipales 3 élus qui sont le relai entre les Allexois qui leur ont fait confiance et le pouvoir municipal.
Objectif : transparence ! Etre force de propositions, de suggestions, mais aussi force critique quand nous l'estimons utile.


Rejoignez nous, apportez vos idées, vos envies, votre énergie au service de notre village, vous serez ici chez vous

Vous pouvez aussi nous contacter:
lavisdallex26@gmail.com

N'hésitez pas à lire les articles un peu plus anciens qui ne sont plus dans la première page. Vous pouvez les choisir par le titre et la date à la droite de la page ou par thème
N'hésitez pas à mettre des commentaires sur les articles publiés; la procédure est maintenant très simple mais seuls les commentaires signés seront publiés.

mardi 20 février 2018

Compte rendu du dernier conseil

-->

CONSEIL MUNICIPAL du Lundi 19 Février  2018     20 h 30

PRESENTS : Gérard Crozier, Jocelyne Caston, Christian Siron,  Catherine Besson,  Rodrigue Rouby, Louis Quaire, Bernard Vincent,  Denis Cornillon, Christel Dubois, Chantal Andriés, Fanny Morel, Maryvonne Charrier, Monique Manchon, Christophe Burling.

Secrétaire de séance : Fanny Morel

Secrétaire : Charlotte CSIKELL

ABSENTS EXCUSES AYANT DONNE POUVOIRS : Jean-Michel Chagnon, Sylvie Vachon

ABSENTS : Marie–Cécile Seguin,  Marlène de Froidcourt,   Didier Chalas 

Approbation du Conseil du 05 Février 2018.

1/ Marché public de travaux sur réseaux humides secteur Barnaire

Préalablement aux travaux d’aménagement de la Traverse du village, la Commune doit effectuer des travaux sur les réseaux d’eau potable, eaux usées et améliorer l’écoulement des eaux pluviales, dans le secteur de Barnaire. Monsieur LECLERC du Cabinet d’études LO-VRD Ingénierie de Livron choisi pour maître d’œuvre et conduire les travaux est venu expliquer le chantier.
Le marché de travaux étant supérieur à 180 000 € HT seuil de délégation au maire fixé par le Conseil municipal en début de mandat, le lancement de la procédure adaptée de mise en concurrence est soumis à l’approbation du Conseil.
A noter que ces travaux seront inscrits au budget annexe 2018 de l’eau et de l’assainissement.

Présentation de M. Leclerc :
En quelques mots, il présente sa société basée à Livron spécialisée dans les chantiers de rénovation des réseaux urbains.
Le projet concerne Barnaire, du rond point jusqu’à la rue des Ramières.
Actuellement, il n’y a pas de réseau séparatif entre eaux pluviales et eaux usées à Barnaire. Il y a une quantité importante d’eau claire, eau de source, qui rejoint le réseau d’assainissement et perturbe le fonctionnement de la station d’épuration. La conduite en béton du réseau d’assainissement est altérée. La conduite de l’eau potable est en fonte et devra être reprise.
Les travaux de la Traverse sont l’occasion de reprendre tous les réseaux qui passent au niveau de la départementale et de créer un réseau séparatif sur Barnaire. Il faut noter qu’une fois la chaussée refaite par les services du département, il n’est plus possible de faire des tranchées pendant une durée de 5 ans.
La première phase du travail a consisté à géolocaliser les réseaux existants ; compte tenu des résultats, il a été décidé de faire 2 tranchées, une pour l’eau usée au même endroit que le réseau assainissement existant, le long des commerces, et une deuxième pour les eaux pluviales et l’eau potable. Le réseau eau pluviale récupérera les eaux de 3 sources, une vers le rond point, une à proximité de l’ancien bâtiment des pompiers et une vers la résidence Bruyère. Ce réseau sera prolongé le long de la rue des Ramières jusqu’au chemin du Rif ; les eaux claires ne parviendront pas à la station d’épuration.
Dans l’immédiat les eaux pluviales de l’ancien local des pompiers ne seront pas récupérées compte tenu du risque de contamination par l’amiante. M. le maire parle de l’hypothèse de transformer le local pour la cantine scolaire et la récupération de l’eau de pluie sera effective à ce moment là.
En même temps, le SDED (service public des énergies de la Drôme) enfouira les réseaux électriques, télécom et fibre.
Les travaux pour les réseaux devraient durer 3 mois ; la circulation sera maintenue mais la gêne sera importante.
M. le maire précise que ces travaux seront concomitants avec ceux de la route de Montoison et que les camions seront déviés pendant toute la durée du chantier. Il précise que l’emprise globale des travaux de la Traverse devrait durer 2 ans et qu’une réunion publique de présentation aura lieu pour donner les explications aux habitants.
Le budget prévisionnel, avant la procédure de l’appel d’offre, est évalué à 195 000€ HT. Les 40000€ de TVA seront récupérés l’année suivante. La somme sera prise sur le budget annexe de l’eau et assainissement.
M. Burling fait par de son inquiétude à propos de la source qui arrive chez lui après avoir traversé la départementale au niveau du rond point. La canalisation n’a pas été repérée par la géolocalisation. M. Leclerc se veut rassurant, des sondages seront effectués pour repérer la canalisation.
A une inquiétude sur l’alimentation en eau potable pendant les travaux, M. Leclerc explique qu’une nourrice aérienne sera mise en place.
A la question de la capacité du réseau « eau pluviale » M. Leclerc répond qu’il est dimensionné pour  absorber des pluies importantes, décennales, mais pas pour des pluies exceptionnelles.
En ce qui concerne la date prévisionnelle de début des travaux, un rapide calcul  des différentes étapes de la procédure permet de prévoir un début des travaux mi mai.

Il n’y aura pas ce type de travaux au niveau de l’autre quartier concerné par la Traverse, celui de la Butte, car le réseau séparatif existe déjà. L’état du réseau sera cependant vérifié.

Approbation l’unanimité.

2/ Convention CCVD/Commune de mise à disposition de 2 roues (vélos, scooters).
L’appel à projet Territoire à Energie positive, croissance verte (TEPCV) a permis à la CCVD d’obtenir des financements pour l’achat de vélos à assistance électrique et de scooters électriques durant l’été 2017.
Des expérimentations regroupées sous l’appellation « L’EXPERIENCE DEUX ROUES » impliquent déjà plusieurs communes. Une charte a été élaborée. Des vélos et scooters sont mis à disposition des communes volontaires pendant 3 mois, elles en décident l’usage (prêt ou location à des habitants, délégations à des associations ou entreprises, etc.). Il s’agit de connaître les besoins réels du territoire et mettre à l’essai différentes formes de fonctionnement pour décider à plus long terme s’il y a lieu ou non de déployer plus largement l’offre de vélos et scooters électriques.
Il est proposé à l’assemblée délibérante de signer la convention de mise à disposition pour présenter ce nouveau dispositif à l’occasion de la course cycliste du 25 février prochain.

5 vélos électriques seront prêtés par tranche de 2 semaines du 25 février au 1° avril ; une vingtaine d’Allexois pourront donc en bénéficier. Une caution correspondant au prix du vélo sera demandée par la CCVD  et une deuxième caution sera demandée par la commune pour d’éventuelles réparations en fin de la période de prêt. Les vélos seront remis aux personnes ayant fait la demande par les agents techniques de la commune, au local technique, le lundi matin à 8h.
Le 25 février, jour de la course, des explications et démonstrations seront faites sur la place.

Approbation l’unanimité

Points Divers :

Monsieur le Maire informe sur le chantier en cours du déplacement de la conduite de gaz afin de pouvoir agrandir la cour de l’école

Rodrigue ROUBY informe sur le chantier de la salle « festive ». Une procédure a mis fin au contrat de l’entreprise défaillante. Les services techniques ont pris le relais. M. le maire se félicite de la compétence en la matière de M. Emery

Christel DUBOIS donne le programme des animations de la Course du 25 février.

La réunion se termine à 22 h

Prochain Conseil le lundi 5 mars 2018 à 20 h et le suivant le 9 avril à 20 h.

CR rédigé par Monique Manchon et Maryvonne Charrier.

lundi 19 février 2018

Fiche de lecture : L'antilope blanche

-->


L’antilope blanche, par Valentine GOBY 
(roman, 2005).



C’est le quatrième roman de Valentine Goby que je lis, je l’ai découverte il y a peu de temps grâce à sa venue à la bibliothèque et je suis toujours aussi enthousiaste. J’aime son style, j’aime que ses livres soient écrits à partir d’un témoignage, d’une rencontre.



Cette fois, elle nous entraine au Cameroun de 1950 à 1960, date de l’indépendance. Le roman est écrit sous forme d’un journal de bord par une jeune femme blanche, venant de la métropole, pour diriger un collège de jeunes filles noires. Elle fuit un amour perdu et souhaite mettre de la distance entre la France et elle-même. On voit la situation politique et économique du pays changer au fil des année jusqu’aux « évènements » précédant l’indépendance : révolte des noirs, répression féroce des blancs. Ce n’est pas à l’honneur de la France.



Notre héroïne, elle, se démène pour permettre à « ses filles », dont la vie est entièrement régie par la coutume, de s’instruire, pour un jour avoir des responsabilités dans leur pays, au même titre que les hommes.

Héroïne très partagée entre ses idées humanistes et occidentales, son amour du Cameroun et les agissements du pouvoir colonial.



Voici un petit extrait de son dialogue avec une militante de l’Union des Femmes du Cameroun qu’elle voudrait faire rencontrer à ses élèves, discrètement bien entendu.



« Je lui explique pourquoi je l’ai fait venir.

-      J’essaie de dialoguer avec mes élèves les plus âgées sur leur rôle de femmes. Parler de la dot, de la polygamie, des enfants…

Econome de paroles, Sarah Epangué abaisse et ouvre ses paupières. Je lui dis que je connais son implication dans l’UFC. Sans doute est-il préférable qu’une Africaine, mariée et mère de famille, leur parle plutôt que moi. De leur valeur, de leurs droits…

Sarah Epangué esquisse un début de sourire. Elle n’a pas bougé.

-      C’est intéressant, Mademoiselle Marthe. Vous me demandez d’œuvrer pour l’assimilation de mes sœurs.

-      Je vous demande de leur parler à votre façon. Notre combat est le même.

Sarah tire sur sa tunique, ajuste un pli du bout de l’ongle.

-      Pas tout à fait, Mademoiselle Marthe.

Elle dit que je lutte au nom des droits de l’homme, des « Lumières », elle appuie sur le mot « Lumières ». Elle prétend lutter contre toutes les « aliénations ». Celles des salariés au patrons. Celle des femmes aux hommes. Celle des femmes à d’autres femmes. Elle lutte contre l’aliénation des « indigènes » aux puissances impériales. Contre l’idée même de l’indigène, qui est « ennemie de l’homme ». Je suis perplexe. »



Gislhaine Beaumont-Chancel

jeudi 15 février 2018

A la Bibliothèque


MERCREDI 28 FEVRIER A 9H30

LECTURES POUR LES TOUT PETITS A LA BIBLIOTHEQUE ALLEXOISE. 

Découverte des albums mais aussi comptines, jeux de doigts... 

Pour enfants non scolarisés accompagnés d’un adulte.

De la fourche à la fourchette

-->
Vendredi 9 février, à Die, nous étions 6 Allexois à écouter les 2° Entretiens Biovallée consacrés à l’alimentation.
« Quelle culture alimentaire en Biovallée ? »

Hugues Vernier, référent agriculture de la CCVD ouvre la séance en soulignant que le changement des pratiques prend du temps mais que l’évolution vers le bio et le local est en cours. Il souligne que sur le territoire de la vallée de la Drôme, il y a 30% de surface cultivée en bio. Ce pourcentage est 17% en Drôme et seulement 4% pour la France. L’objectif des élus est d’augmenter ce pourcentage mais la réflexion doit porter en même temps sur les 4 axes, production, transformation, approvisionnement et commercialisation, pour que le changement de pratique des consommateurs soit possible.

Célia Delavergne, notre députée, présente les Etats Généraux de l’Alimentation qui se sont conclus par une charte et un projet de loi. L’objectif est de valoriser les normes sociales et environnementales appliquées en France et déterminer le prix de vente à partir du coût de production. Quelques éléments sont annoncés : arriver à 15% de surface cultivée en bio, à 50% de produits bio ou locaux en restauration collective, séparer conseil et vente des produits phytosanitaires. Le rôle majeur des consommateurs est souligné  afin qu’ils privilégient les produits de qualité.

Dominique Paturel, chercheuse à l’INRA de Montpellier parle d’une réalité non abordée  par les précédents intervenants, celle de l’importance de l’aide alimentaire dans notre pays ; aide apportée à 4,8 millions de personnes démunies ! Toute cette population est « captive » et n’a pas forcément le choix de se procurer des aliments bio de qualité. Elle souligne que l’alimentation est un vrai marqueur social et que 60% de la population française n’a pas conscience ou n’a pas la possibilité de faire comme en Biovallée, choisir des aliments de qualité.

Florent Dunoyer,  directeur de la Carline à Die explique ce modèle coopératif de distribution qui privilégie les circuits courts et la relation entre producteurs, vendeurs et consommateurs. Il  peut apparaître comme un modèle idéal mais  n’est pas, à ce jour généralisable à tous les territoires. Un chiffre qui fait réfléchir, l’alimentation représente en moyenne seulement 15% du budget d’une famille alors qu’il était de 38% dans les années 1960. Madame Paturel précise que ce pourcentage est beaucoup plus élevé chez les familles modestes.

De nombreuses questions ont été posées par l’assistance, d’où on retire certains enseignements :
-       Le projet de loi en préparation ne reprend qu’une infime partie des propositions faites par tous les ateliers des Etats Généraux
-       Le maraîchage bio progresse dans la vallée de la Drôme, il suffit de voir les allées du marché de Crest, et il devient accessible financièrement.
-       La vallée compte essentiellement des petites structures agricoles plus résilientes au changement vers l’agriculture bio.
-       On observe une prise de conscience chez les élus pour la sauvegarde des terres agricoles et l’encouragement à l’installation de jeunes agriculteurs.
-       De même on note une sensibilisation à la diminution de l’utilisation des produits phytosanitaires afin de sauvegarder la qualité des eaux souterraines
-       Le réchauffement climatique est déjà visible sur le territoire et nécessitera un changement de cultures.

La soirée se termine très agréablement autour d'un délicieux buffet végétarien.

Monique Manchon

jeudi 8 février 2018

Compte rendu du dernier Conseil

-->

CONSEIL MUNICIPAL du Lundi 5 Février  2018     20 h

PRESENTS : Gérard Crozier,  Jean-Michel Chagnon,  Jocelyne Caston, Catherine Besson,  Rodrigue Rouby, Bernard Vincent,  Denis Cornillon, Marie–Cécile Seguin, Christel Dubois, Sylvie Vachon, Chantal Andriés, Fanny Morel, Maryvonne Charrier, Monique Manchon.

Secrétaire de séance : Monique Manchon

Secrétaire : Charlotte CSIKELL

ABSENTS EXCUSES AYANT DONNE POUVOIRS : Christian Siron,  Louis Quaire

ABSENTS : Marlène de Froidcourt    Didier Chalas  Christophe Burling

Approbation du Conseil du 15 Janvier 2018.

Présentation du Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CISPD) par M. Jacques FAYOLLET Vice-président à la CCVD.

Cette compétence a été transférée à l’intercommunalité (Loi Notre 2015) dans le cadre de la politique de la ville par B. Cazeneuve.
Cet outil de prévention _le mot est souligné par M. Fayollet_ a été créée en 2008 avec les communes de Livron, Loriol, Grâne, Cliousclat et Mirmande puis arrêté aux dernières municipales de 2014. A l’époque, Allex n’avait pas souhaité en faire partie.

Il est demandé par le Sous préfet et d’autres instances, de relancer le système sur l’ensemble du territoire de l’intercommunalité, à savoir ses 30 communes.
Une réunion a eu lieu le 11 janvier où tous les acteurs ont pu faire le bilan de l’expérience passée. Les acteurs sont les maires, les forces de gendarmerie, les principaux de collèges, les bailleurs sociaux …
M. le maire a assisté à cette réunion et pense aujourd’hui que le point fondamental de ce dispositif est bien la mise en réseau qui permet à chacun de présenter ses problèmes et d’être plus efficace ensemble.

Présentation des trois thématiques du CISPD :
-       Prévention de la Délinquance
-       Vidéos Protection
-       Aide à la parentalité

1 - Exemples d’outils sur prévention de la délinquance :

- Chantiers éducatifs avec formation à la rédaction d’un CV, d’une lettre de motivation, préparation d’un entretien de recrutement avec conseils pour présentation physique, etc   avec des groupes mixtes à savoir des jeunes issus des villes de la confluence et des villages ruraux.
- Conseillers d’éducation - prévention avec écoute des problèmes des collégiens.
- Contrats tripartites entre Collège -  Maire – Collégien en échec scolaire avec un programme d’aide aux devoirs, etc.
- Procédure de rappel à la loi : signalement par fax au procureur de la république qui autorise en principe cette procédure pour le premier fait de délinquance du mineur.
Cette procédure se déroule dans une salle de conseil comme dans un tribunal avec le maire, le jeune et sa famille (ou plusieurs jeunes et leur famille). Un rappel à la loi qui doit se terminer par des excuses du jeune délinquant, un rappel aux parents de leur devoir envers leurs enfants. Ce rappel sous l’autorité du procureur de la république donne un caractère solennel aux jeunes et à leur famille.
Un rappel aux parents et aux jeunes : la récidive implique un  dépôt de plainte avec présentation au procureur. Il est dit que cela peut aller jusqu’au retrait de la famille dans certains cas.
- Protocole transactionnel : faire payer les dégâts commis (bris de vitrine, cameras,…) par les familles toujours après demande préalable au procureur.
Il n’est pas possible de prononcer des peines.
- Protocole de participation citoyenne :
* Voisins vigilants ou Commerçants vigilants : Désignation de personne habilitée à téléphoner au 17 en cas de problèmes. Cet outil n’est pas la solution envisageable pour Allex car les cambriolages affectent des habitats dispersés.
* Tranquillité vacances : il faut signaler son absence et les patrouilles de gendarmerie patrouillent devant le domicile
* Tranquillité seniors : à Loriol tous ses habitants de plus de 70 ans seront convoqués pour leur expliquer tous les problèmes sécurité allant jusqu’à expliquer les arnaques sur internet
- Radars pédagogiques (comme celui d’Allex) qui peuvent enregistrer les heures de passages de véhicules circulant à vitesse excessive ; des contrôles de gendarmerie pouvant être réalisés à cette heure là. On nous apprend que ce radar peut fonctionner même si il nous paraît éteint.

2 - Vidéo Protection
Les caméras enregistrent  pendant 15 jours et les données sont effacées automatiquement au bout de ce délai. Les images peuvent être gravées sur un CD et remises uniquement à un officier de police judiciaire. Le maire de la commune est officier de police judiciaire.
Ne pas confondre vidéo protection avec vidéo surveillance où un agent habilité regarde les images filmées en temps réel. Monsieur Fayollet précise que lors des deux grandes manifestations de Loriol, un agent de police municipal est devant les caméras de vidéo protection qui passent à ce moment là en vidéo surveillance.

Une charte de déontologie précise que seul le domaine public peut être filmé. Certaines caméras prennent les plaques d’immatriculation.  Ce dispositif permet la résolution d’enquête.
La localisation des caméras doit être étudiée avec la gendarmerie pour le choix le plus pertinent.
L’acquisition de ces outils est facilitée par l’adhésion au CISPD qui permet d’obtenir des subventions.

Un diagnostic sécurité de la commune d’Allex sur l’installation de caméras a déjà été établi. Monsieur le Maire annonce que l’on va prochainement en discuter. De même, vu la taille de la commune à plus de 2500 habitants, il faudra envisager pour Allex un policier municipal. Ce soir cette présentation permet d’anticiper.
M. le maire évoque dans le même ordre d’idée l’insécurité nocturne observée dans les communes ayant décidé de suspendre l’éclairage public au cœur de la nuit. Pour lui, cette mesure n’est pas envisageable à Allex.

3 - Aide à la parentalité :
M. Fayollet évoque des enfants de 5 à 6 ans dehors, seuls, à 23 h. Il s’agit de ramener les parents à leur rôle d’éducateurs.

Comment envisager sur les 30 communes ces actions du CISPD ?

D’ici fin mars, une conférence des maires aura lieu avec les 30 communes.
La proposition faite est celle de transformer le CISPD en boîte à outils où chaque commune pourra en fonction de sa taille et de sa localisation choisir telle ou telle action. Des sous secteurs de bassin de vie pourraient être délimités par brigade de gendarmerie.
Délibération du conseil communautaire sur le sujet d’ici fin février.
Coût : de l’ordre de 0.15 cts € par habitants et par an pour la commune mais afin de limiter les coûts de recouvrement, il est possible que ce soit l’intercommunalité qui prenne en charge l’adhésion au CISPD des 30 communes.
Il peut être envisagé la mise à disposition pour les petites communes d’une éducatrice spécialisée quelques heures avec des vacations à payer à la CCVD.
Il convient de prendre du recul pour réfléchir.

Fin de l’intervention de Monsieur Fayollet à 21h10.

1/ Electrification rurale : renforcement de réseau BT (100 % SDED) à partir du poste de BANCEL
Les travaux pour le renforcement du réseau BT à partir du poste de BANCEL – Quartier MOURET sont estimés à 105 096.78 €. Ils seront entièrement pris en charge par le SDED.

Approbation à la majorité.

2/ Personnel communal : transformation d’un poste d’ATSEM (avancement de grade)
La mise en œuvre de la réforme PPCR – Parcours Professionnels Carrières et Rémunérations au 1er janvier 2017 a modifié le déroulement de carrière de nombreux agents tout catégorie confondue. Le grade d’ATSEM 1er classe a par exemple était supprimé. Les quatre ATSEM employées par la Commune ont été reclassées sur le grade d’ATSEM principal 2ème classe, désormais premier grade d’accès à la fonction.
Et un seul grade supérieur leur est accessible, celui de ATSEM principal 1er classe. Monsieur le Maire a proposé à l’avancement 2017 deux agents. En 2017, il propose un troisième agent à l’avancement : Mme Béatrice ACHARD. Pour ce faire, le Conseil est appelé à supprimer un poste d’ASTEM principal 2ème classe et à créer un poste d’ASTEM principal 1er classe, et ce à compter du 1er mars 2018.

Approbation à la majorité.


Points Divers :

Monsieur le Maire informe de la toute prochaine visite du département sur le terrain à savoir quartier le Pontillard pour discuter amélioration de la sécurité piétonne, surtout des collégiens et lycéens descendant des bus scolaires et cheminant le long de la départementale.

Jean Michel CHAGNON annonce la reprise des commissions urbanismes le 19 février à 19 h et liste les déclarations préalables octroyées ainsi que deux permis de construire.

Jocelyne CASTON informe de la préparation de la gazette annuelle et présente la signalétique décidée pour la zone artisanale Charponnet-Mourret.
Un plan de la zone sera apposé sur la route d’accès à Charles et Alice, les entreprises seront repérées par un numéro. Chaque entreprise aura la charge financière du poteau supportant le numéro octroyé.
Les autres panneaux signalétiques de la commune devenant illisibles doivent être rénovés par l’entreprise qui les a fournis.
Au prochain budget, il sera peut être programmé la géo localisation qui devrait permettre la numérotation des boites aux lettres en zone non urbaine.


Rodrigue ROUBY informe sur les travaux voirie et réserve les informations sur l’avancée du chantier de la salle « festive » après la prochaine réunion avec l’architecte.
Une des deux classes prévues sera repeinte aux vacances de février.  Le marquage au sol est toujours en prévision en fonction de la météo.
Le déplacement de la canalisation de gaz qui longe le mur de l’école vers le centre de la chaussée se fera pendant les vacances de février

Christel DUBOIS donne la liste des manifestations à venir : Course le 25 février et Carnaval le 24 mars.

La réunion officielle et publique du conseil municipal se termine à 22 h 10

Prochain Conseil le lundi 19 février 2018 à 20 h 30

CR rédigé par Monique Manchon et Maryvonne Charrier.

mercredi 7 février 2018

Compteurs Linky

 
Le compteur électrique Linky est toujours aussi impopulaire !  

500 municipalités ont pris un arrêté suspensif  interdisant la pose du Linky sur leur territoire … Dans la Drôme, plusieurs conseils municipaux ( Saillans, La Roche sur Grâne, Valence, Bourg Les Valence …) ont pris un arrêté pour affirmer le droit des abonnés à refuser le Linky et pour réclamer un moratoire d'ENEDIS , filiale d'EDF.
Plusieurs compteurs ont été cadenassés pour empêcher un changement jugé illégal. Selon l'enquête, «  Que choisir » du mois d'octobre 2017 , un grand nombre de problèmes tels que surfacturations, incendies, pannes et coupures diverses touchent un abonné sur quatre ayant désormais le Linky.
Un collectif valentinois anti-Linky a vu le jour. Un cabinet d'avocats, Artemisia ,  propose à ceux qui le souhaitent de signifier leur refus du compteur Linky en toute légalité grâce à une lettre-type que l'on peut expédier à Enedis.
Le Linky serait bon pour l'écologie … parce que le linky est un compteur communiquant grâce auquel Enedis pourra récupérer les informations de consommation à distance, ce qui ferait moins de CO2 kilomètres émis …Excepté que le compteur actuel a une durée de vie de 60 à 80 ans et   que le Linky a une durée de vie de 10 à 15 ans ! Remplacer, détruire 35 millions de compteurs électriques en bon état de marche, ne serait-ce pas plutôt du gaspillage 
 (Sources internet )

 Fabienne Roudot .


































Le changement des compteurs électriques pour les compteurs Linky, inquiète les consommateurs.


Que choisir, organe de défense des consommateurs, a réalisé une enquête détaillée sur le sujet. Vous pourrez la lire en cliquant sur le lien https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-compteur-linky-le-vrai-du-faux-n11627/


Il apparaît que des soucis de fonctionnement de certains appareils électriques peuvent effectivement apparaître après le changement et qu’il est préférable de prendre quelques précautions au moment du changement, si des équipements sont fragiles. Il est donc souhaitable de prendre RDV avec Enedis pour que le changement de compteur se fasse dans de bonnes conditions.

Pour les autres craintes que l’on peut avoir, l’enquête de Que Choisir est plutôt rassurante.
Monique Manchon